Discrédit du président Trump sur le travail des agences du renseignement américain

Discrédit du président Trump sur le travail des agences du renseignement américain

Le président américain Donald Trump a laissé planer le doute sur la position des Etats-Unis sur la Crimée, n'excluant pas clairement de reconnaître l'annexion de cette dernière par la Russie.
"Nous verrons", a simplement répondu M. Trump interrogé hier à bord d'Air Force One sur une éventuelle reconnaissance américaine de cette annexion menée par Moscou en 2014 et dénoncée avec force par les Etats-Unis comme l'Union européenne. 
"C'est le président (Barack) Obama qui a laissé cela arriver", a-t-il précisé.

Interrogé sur son sommet à venir avec son homologue russe Vladimir Poutine le 16 juillet à Helsinki (Finlande), D. Trump a assuré qu'il lui parlerait "de tout". Evoquant l'Ukraine et la Syrie, il a aussi mentionné les élections américaines : "Nous ne voulons pas que qui que ce soit interfère dans nos élections", a affirmé le locataire de la Maison Blanche dont le mandat est toujours empoisonné par l'enquête sur l'ingérence russe dans son élection.

Le président républicain émet régulièrement des doutes sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016 qui l'a conduit au pouvoir.
"La Russie continue de dire qu'ils ne se sont pas mêlés de notre élection", a-t-il tweeté la semaine dernière, semblant douter des conclusions des agences de renseignement américaines qui avaient unanimement conclu fin 2016 à une ingérence de Moscou dans l'élection, avant d'estimer que Vladimir Poutine en était responsable. (AFP)

Leave a Reply