ARGENTINE: ILLUSTRATION DE CE QUI ARRIVERA DANS BIEN DES PAYS...

ARGENTINE: ILLUSTRATION DE CE QUI ARRIVERA DANS BIEN DES PAYS...

Nos contemporains n’imaginent pas la fragilité de notre Système monétaire et économique dans le contexte mondialiste qui prévaut désormais.
Ils se trompent gravement en pensant que les choses vont s'améliorer.
Ils n'ont pas compris (et ne veulent pas entendre) que les crises sont générées pour en susciter de plus importantes.
Ils ne font pas suffisamment attention aux petites déclarations des grands de ce monde qui ne sont pas toujours très diserts sur les grandes ondes. Nous y reviendrons dans la prochaine série de la lettre LISO.
Ils ne voient pas les conséquences de l’effondrement moral qui prend la forme d’une immense vague qui détruit progressivement tous les ultimes bastions qui tentent de résister.
Il y a comme une résignation et une bien mauvaise habitude prise, comme si les instruments humains du chaos avaient devant eux une autoroute sans le moindre obstacle.

Nos proches n'ont plus la Foi pour traduire ce qu’ils vivent comme le plan de la Synagogue de Satan. Ils se font hypnotiser par des monnaies numériques dans lesquelles ils investissent et qui va les ruiner du jour au lendemain. Cela fera pshitt au moment inattendu !

Que c’est triste... mais c’est ainsi.


Voyez le drame vécu par les Argentins. Ce pays subit de plein fouet ce que l’on appelle la crise de confiance dans une devise nationale. Il faut vraiment scruter l’évolution d’une telle crise afin de s’y préparer. Et cet avertissement ne vaut pas seulement pour les Européens, mais surtout pour les Américains. Cette nation a été trop longtemps habituée à vivre grassement des fruits de l’esclavage de tous les pays de cette planète, arrimés au dollar du fait de la prévarication de leur classe politique, lâche et servile.

Les numéros à paraître de la lettre confidentielle LIESI vont commencer à préparer le lecteur à cette transformation…


Abonnement à la lettre confidentielle LIESI



Dans les journées de mercredi de jeudi, le peso argentin s’est effondré de plus de 20% face au dollar, ce qui a contraint la banque centrale à faire flamber son taux directeur à 60 %.

Il y a 48 heures, la devise argentine a subi sa plus forte dépréciation en une seule journée depuis le mandat du nouveau président Mauricio Macri : un plongeon de 13,5% face au dollar.


L’économie argentine est en récession et rappelons qu’il s’agit de la troisième économie d’Amérique latine. Le Fonds monétaire international vient de lui accorder un prêt d’un montant de 50 milliards de dollars en plusieurs tranches. [Une manière pour la technocratie au service de Mammon, de surveiller la bonne réalisation des conditions de destruction du pays.]
Ce n’est tout de même pas une paille !

Dans un contexte où la reprise économique mondiale est en train de caler, exactement comme nous l’avions annoncé, et principalement à cause de la politique de la banque centrale américaine couplée au programme réalisé par Donald Trump (il ne fait que respecter l'agenda de ses mentors - comme l'avait fait Hoover - voir la lettre LIESI), les événements monétaires et économiques argentins, suivent le triste exemple du Venezuela. C'est un signal non négligeable à décrypter.

L’inflation est attendue à plus de 30%. C’est la raison pour laquelle hier, la banque centrale de la République Argentine a augmenté de 15% son principal taux d’intérêt, de 45 à 60%. Bilan de la dévaluation de la monnaie argentine depuis le début de l’année : plus de 50 %.


On dira que les marchés financiers ne sont pas rassurés, ce qui expliquerait une telle situation. La réalité est bien autre : les requins de la Haute finance sont en train de s’amuser sur quelques pays comme l’Argentine ; ils servent de laboratoire au plan chaotique en préparation et que la lettre LIESI anticipera comme il se doit pour les temps à venir.


Les commentateurs spécialistes de l’économie font valoir que l’Argentine est confrontée à des problèmes "structurels". N’est-ce pas le cas de bien des pays européens qui se croient pour le moment à l’abri d’un tel scénario ?


Pourquoi, selon vous, le cartel bancaire a t-il grassement financé PUIS introduit des gouvernements populistes dans les pays très fragiles du sud de la zone euro ?
Un hasard. Là, c'est la réponse des autruches volontaires...
Nous vous donnerons la réponse dans un tout prochain numéro.


Le nouveau président argentin s’inscrit dans la lignée de ces destructeurs qui considèrent que la politique d’austérité est quelque chose de fonder, capable de produire d’excellents fruits. Il récolte précisément les conséquences de son aveuglement sur les règles concrètes de la marche du monde. Sa politique s’est traduite par une réduction du déficit budgétaire auquel il s’est engagé à l’égard de la direction du FMI. Les entreprises ferment, les financements publics diminuent dans tous les domaines et les grands travaux sont reportés. Quant au PIB, il recule de 1% alors que le gouvernement avait prévu, fin décembre 2017, une croissance de 3% pour 2018.


Dans un contexte si dramatique pour la population, on ne sera pas surpris de ce commentaire prononcé par l’économiste Manuel Solanet : "La confiance des marchés reviendra quand les réformes structurelles en suspens seront réalisées, c’est-à-dire la correction des déséquilibres, en particulier le déficit budgétaire." La correction macro-économique imposée à l’Argentine est donc loin d’être terminée et le dollar reste la monnaie de réserve par excellence utilisée par les Argentins. Tandis que le gouvernement de Mauricio Macri espérait un afflux d’investissements étrangers dans le but de financer plusieurs travaux d’infrastructure, y compris dans le domaine énergétique, et de créer de nombreux emplois, c’est un scénario radicalement inverse auquel il est confronté.

Nous verrons dans les prochaines semaines comment les maîtres du jeu entendent exploiter les turbulences régionales, après avoir extrêmement fragilisé l’économie argentine. On risque, en effet, de voir passer à l’œuvre les syndicats communistes et une paralysie du pays. Décidément, le peuple argentin n’a rien à envier aux citoyens grecs. Le rouleau compresseur de la technocratie mondialiste est toujours à l’œuvre ; plus que jamais nous verrons les nations décliner, les unes après les autres, dès lors que les destructeurs à l’œuvre sont en voie d’accélérer le processus du « chaos constructif ».



Verrons-nous la BABEL antichristique arrimer son dernier étage avec les monnaies numériques et sa blockchain... interdite comme il se doit à la "dissidence" ?

C'est la question posée à chaque être humain de cette planète... avec toutes les conséquences que d'aucuns sont bien loin d'imaginer.





SUITE DE NOTRE PRÉCÉDENT MESSAGE

La devise européenne a sauvé les niveaux critiques...

Pour le 31 août il fallait, en effet, être au-dessus de 1.1620 contre le dollar.

Scénario conforme à ce que nous avions laissé entendre dans la série LISO 250-258. V. Poutine avait bien donné une fausse information - sans surprise.
D'où une suite nécessaire pour ouvrir le grand livre de l'avenir que la Main anonyme voudrait écrire..................



Je commande




ABONNEMENT A LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

ACHAT DU NUMERO

Commande









Leave a Reply