OÙ SONT LES PREUVES ?

OÙ SONT LES PREUVES ?

Les hommes liges des sociétés occultes, pavanent devant les médias consensuels en débitant des informations, des certitudes, mais sans apporter la moindre preuve de leurs allégations. C’est ainsi que le président Macron assurait hier détenir « la preuve que la semaine dernière des armes chimiques ont été utilisée par le régime de Bachar al-Assad ».

Etant dans l’ombre du président américain, pour des raisons largement évoquées dans nos publications, il est resté extrêmement flou sur la conduite à tenir, évoquant « des décisions à prendre en temps voulu ».

Que pensez-vous de ce chef des armées ?


Outre-Atlantique, petite hausse des marchés financiers américains qui, finalement, selon les commentaires lus dans la presse économique de là-bas, ne prennent pas au sérieux les allégations d’un président qui n’a jamais lu un livre, mais se défoule en rédigeant des tweets dans un jargon pas toujours très compréhensible. Un président que le ridicule ne tue pas.
Un président traité de « menteur invétéré au comportement mafieux » par l’ancien patron du FBI.

Que pensez-vous de ce chef des armées qui s’entoure des pires criminels de guerre de l’ancienne administration Bush ?


Inutile de revenir sur les déclarations de la première ministre britannique qui, depuis plusieurs semaines, lance les consignes à suivre pour les autres capitales comme  Washington et Bruxelles. Elle accuse les Russes de vouloir liquider des anciens espions mais ne dispose toujours d’aucune preuve… Idem pour la présidence  syrienne…

Que faisait le triste sir Tony Blair, en 2001 ?


Quelques heures après de telles allégations du président Macron et des tweets de D. Trump, pouvant engager de nouvelles tensions et un risque de guerre généralisée, responsables anglais, américains et français n’ont donné aucun élément crédible confirmant leurs dires, aux médias ainsi qu’aux experts.

Faut-il croire sur parole ce groupe de personnalités politiques, qui ne cessent de mentir au quotidien, mais trouvent toujours des citoyens sensibles à leur minois pour les propulser dans des sièges de décideurs ?

N’oublions pas le scandale des armes de destruction massive… c’était il y a quelques années, et cela a provoqué des dégâts humains incommensurables, ainsi que des tensions géopolitiques de plus en plus vives dans une région de plus en plus explosive.

Où sont les preuves ?

En attendant, les Occidentaux aux ordres des gardiens des clés de la City mettent en mouvement une machine de guerre vers le Moyen-Orient.



Nous n’avons donc à ce jour, de la part des chefs des capitales occidentales, aucun élément de preuve… Ces acteurs de l’Histoire, qui jouent le scénario de sociétés secrètes, veulent engager leurs nations et leurs peuples dans une guerre sans apporter de preuve justifiant LEUR guerre.

Dans quel monde sommes-nous ?

Curieusement, quelques heures seulement après les certitudes du jeune président français, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifié l'attaque chimique présumée en Syrie la semaine dernière de "mise en scène" à laquelle ont participé "les services spéciaux d'un Etat", non nommé mais désigné comme "russophobe".

Vous avez très certainement deviné de QUI il s’agissait.


Le ministre des Affaires étrangères russes n’y va pas par quatre chemins :

"Nous disposons de preuves irréfutables qu'il s'agissait d'une nouvelle mise en scène, et que les services spéciaux d'un Etat actuellement en première ligne d'une campagne russophobe ont participé à cette mise en scène", a en effet déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse.

Et bien, que les Russes fournissent les preuves qu’ils prétendent avoir.

Pourquoi n’ont-ils toujours pas confirmé ce qu’ils alléguaient à propos des attentats sous fausse bannières, du 11 septembre 2001 ?…

La prochaine série de LISO répondra à toutes ces questions. Il ne faut surtout pas tomber dans le piège tendu par les manipulateurs de l’opinion : jouer la thèse contre la prétendue antithèse.

Il y a 48 heures, l'armée russe avait accusé les Casques blancs d'avoir "mis en scène devant les caméras une attaque chimique contre des civils".

Où sont les preuves ?

Il y a quelques instants, le président Poutine a mis en garde « Macron contre tout acte irréfléchi et dangereux… »

Très bien mais où sont les preuves ?

Souvenez-vous par contre ce que la lettre LIESI avait publié ?
Le prochain numéro développera ces sujets.

Leave a Reply